Les Anglais n’ont qu’à bien se tenir. Ici il pleut et c’est pas pour déconner. Et ce jusqu’à mardi ou mercredi. Charmants premiers jours. La métamorphose en poisson aura peut-être finalement lieu, qui sait ?

Ni cougar ni mamie-gâteau, ma logeuse est une dame dont je ne saurais dire l’âge. D’origine néo-zélandaise. Pour l’instant on parle anglais. Il va falloir que ça change parce qu’elle sera sans doute la personne avec qui je vais le plus parler.
Exemple : on est samedi soir, et vu le temps je n’ai aucune envie de sortir me balader. Cette situation risque d’être assez récurrente.

Un appart assez vaste, plutôt moderne, avec pas mal de bibelots divers. Des objets d’Océanie, des vieux flacons, des plantes… et posée sur un meuble, l’armoire noire. (cliquez ici pour l’ambiance).

Je me suis cru dans Barbe Bleue pendant un instant. Cette armoire va me faire rêver pendant un moment, je crois. Je vais peut-être même finir par l’ouvrir en pleine nuit. J’ai peur qu’une alarme se déclenche ou carrément qu’une malédiction s’abatte sur moi. Elle est sans doute un peu sorcière, la dame.

Et maintenant ? Je me suis décongelé une pizza. (Je ne sais pas trop comment la nourriture et les repas vont s’organiser. J’ignore ce qu’il va m’arriver demain matin.). J’ai du fouiller un peu partout pour trouver ce que je cherchais, comme tout le monde dans une nouvelle cuisine.
J’ai fait alors toutes sortes de déductions très intéressantes :

  • Elle surveille son poids. Des listes d’aliments collées aux placards avec pour chacun la quantité de quelque chose (graisse ?)qu’il contient. Très bien.
  • Elle se nourrit exclusivement d’algues séchées. (à quoi donc servent les listes ?)
  • À ça : elle accompagne ses dîners de baleine de sauces en tout genre : quark, bbq, peanut butter, etc. On peut d’ailleurs trouver plein d’épices sophistiquées comme un mélange fenouil/moutarde (ne me demandez pas si je sais comment on dit fenouil en allemand, j’ai juste senti le pot.) ou du «sel de l’Himalaya» (tu sais, celui qui n’a pas crépité – private joke). J’ai coupé une tomate en deux et ai mis du sel de l’Himalaya sur une moitié et du sel normal sur l’autre, et ben franchement …

Elle m’a gentiment montré le quartier. La gare est vraiment à deux pas. Ça tombe bien parce que deux pas étaient suffisants pour transformer mes chaussures en serpillères. C’est sûrement un chouette quartier quand il fait beau ! Cafés, magasins, Kunsthalle, lac …
J’irai sans doute au bord du lac un de ces jours et posterai quelques photos.

Ah oui, j’oubliais : mauvaise surprise, pas de Wi-Fi et sa clé Internet ne fonctionne pas sur mon ordinateur. J’ai du m’acheter 30 jours de wi-fi chez T-Mobile. Et pas moyen de se connecter à mon FTP et de publier cet article. Donc retour à l’infâme WordPress.

Une petite photo de ma piaule pour finir :

 

Funny fact : ce bâtiment s’appelle le Bieberhaus. Rien à voir, mais c’est marrant.


Publicités