Pas question de raconter ma journée, je risque de m’ennuyer moi-même.
Mais alors de quoi parler ? Du fait de n’avoir rien à écrire ? Quelle ironie …

« Tu pourrais juste te la fermer, alors. ». Merci ! c’est sympa.

À vrai dire, je n’ai pas totalement rien fait aujourd’hui. Premier aperçu de la ville et de son ambiance, premier aperçu de mes limites linguistiques. Il n’y a rien de plus vexant/frustrant que :

– Hum … ist es … heu … poss möglich, der … das … die … heu … zunehm mitzunehmen ?
– …
– Nicht hier essen ?
– ??
– TAKE AWAY ??? [et merde.]

Sans parler du phénomène de l’anglais spontané : quand votre interlocuteur abdique à votre place et commence à vous répondre en anglais. C’est très décourageant. [ATTENTION : ne pas confondre avec le vrai concept d’anglais spontané]

 J’ai réussi à manger un Fischbrötchen (Harengisation level #1) sur la place de la Mairie, comme un vrai touriste. (Pas sûr d’être totalement un touriste en fait, parce que les Hambourgeois ont l’air de beaucoup aimer ces trucs.)

Un ami de mon père m’a fait faire un tour des environs en voiture. Le quartier du port (Hafen City) est un vaste chantier, des nouveaux buildings apparemment hors de prix (1400€ le mètre carré non meublé ? C’est possible ça ?) sortent de terre. Je suis sûr que ça dépend du côté : une partie chère, celle qui donne sur l’Elbe, et une partie cheap, celle qui donne sur le chantier dégueu. Parce que si c’est pour se taper les grues et les échafaudages, MERCI les 1400 balles !
Le port est vraiment impressionnant. Le Queen Elizabeth est passé. Ça doit transporter au moins 10 000 personnes, ces engins. Comment ça peut flotter ??? (J’ai la réponse.)

 Est-ce que tous les soirs ça va être l’angoisse pour se nourrir ? J’ai du faire deux fois le tour du quartier pour me décider à entrer quelque part, vaincre ma peur de l’anglais spontané et acheter quelque chose à manger. Dimanche soir, je suis pas aidé. Au moins j’ai eu confirmation que St. Georg est le quartier gay, plus aucun doute.

Bonus : Pavés qui bordent une église pas loin de chez moi. On ne le voit pas sur la photo mais les pavés forment une croix.

Demain, début du boulot. Plutôt confiant.

« Ils vont pas te manger ! » 
Bah non.

Advertisements